Par Marion Miclet | @Marion_en_VO

Pour bien démarrer l’année, nous vous avons préparé un petit tour d’horizon des meilleures fictions sur la remise en question. La crise existentielle des personnages de séries est non seulement un excellent moyen de pimenter une intrigue, mais elle peut aussi donner des idées. Voici trois façons de changer de vie, comme dans les séries.

De Mr. Corman à Physical, en passant par On the Verge et Sort of, quantité de personnages de fiction ont été pris d’un besoin irrépressible de se réinventer en 2021. Qu’elle relève de la comédie ou du drame, la crise existentielle ne connaît en effet aucune frontière, ni distinction d’âge, de genre, ou de classe. Et si l’actualité récente dominée par la pandémie a inspiré les showrunners, cette tendance n’est pas nouvelle. Les œuvres fondatrices de l’âge d’or télévisé des années 2000 ont toutes en commun des antihéros à la dérive. Tony Soprano, Don Draper et Walter White prennent des décisions discutables afin d’affronter le caractère éphémère de leur existence, merci de ne pas les imiter ! Plongez-vous plutôt dans Somebody Somewhere (le 17 janvier sur OCS) pour reprendre goût à la vie aux côtés de la fabuleuse Bridget Everett, ou consultez notre mode d’emploi pour réussir sa métamorphose en 2022 !

Breaking Bad

La crise existentielle malgré soi 

Attention, les séries concernées ici, bien que souvent drôles, approchent le sujet avec une tonalité sombre. Leurs personnages désœuvrés cherchent un sens dans un quotidien qui n’en a plus. L’épiphanie peut se produire à l’aube de la vie d’adulte (Girls, Industry, Vingt-cinq), aussi bien qu’à un âge plus avancé (Vida perfecta, Enlightened, Transparent, Mrs. Fletcher). Avez-vous déjà tenté la retraite silencieuse pour vous ressourcer et vous rapprocher de votre sœur, comme dans Fleabag ? Les résultats sont mitigés… Mais c’est justement parce que ces mues sont lentes et douloureuses qu’elles nous inspirent.

Il arrive aussi que l’élément déclencheur soit un traumatisme inattendu. Dans Schitt’s Creek, la famille Rose prend goût au bonheur quand elle se retrouve soudain ruinée. Dans The Last Man on Earth, il ne faut pas moins d’une apocalypse pour que Phil Miller (Will Forte) grandisse enfin ! Si le problème est refoulé (The Virtues), il est vital de trouver le courage de l’affronter. Évidemment, la mort reste le choc ultime. Abordé sous tous les angles, de Six Feet Under à Forever et même And Just Like That…, le sujet déroute autant qu’il fascine. Plongez sans attendre dans The Good Place : mi-réflexion cocasse sur l’au-delà, mi-cours de philosophie, voilà une série qui prend la vie du bon côté !

The Good Place

La crise existentielle quand on ne connaît pas la crise

Il serait malvenu de se moquer des riches car, eux aussi, éprouvent les affres de la dépression. Il faut cependant reconnaître que leur désarroi donne lieu à des satires hilarantes. La saison 3 de Succession est l’incarnation magistrale de l’adage « l’argent ne fait pas le bonheur ». Nos héros las continuent pourtant de croire qu’ils peuvent acheter leur sortie de crise et changer avec un grand C. Pour certains, cela prend la forme d’une thérapie douteuse (The Shrink Next Door), de vacances paradisiaques (The White Lotus, Exit) ou high-tech (Westworld). Pour d’autres, le traitement est extrême : dans Nine Perfect Strangers, La Meilleure Version de moi-même et Wellmania (sortie prévue en 2022), les modalités du bien-être sont explorées jusqu’à l’obsession. Une seconde chance, ça n’a pas de prix. Alors faites une liste, et affrontez un par un vos torts (comme dans Earl), puis vos regrets (Being Erica). Rééquilibrage du karma garanti !

The White Lotus

La crise existentielle comme une libération

Cette troisième variation sur le pétage de plomb est la plus exaltante, car le spectateur est invité à s’évader aux côtés du héros (d’ailleurs souvent une héroïne). Lorsque la charge mentale devient ingérable, le burn-out est parfois la seule porte de sortie : dans la série québécoise Lâcher prise et la française Mytho, deux mères imparfaites font imploser leur vie de famille pour mieux la réinventer. Dans cette veine émancipatrice, notre coup de cœur est Unorthodox, une série israélienne douce-amère sélectionnées à Séries Mania en 2020 qui suit le parcours d’Etsy (Shira Haas) en fuite à Berlin après des noces arrangées.

Pour terminer, mentionnons quelques œuvres qui ont brisé les chaînes… du format télévisé lui-même ! Qu’il s’agisse de Russian Dolls, qui nous entraîne dans une boucle narrative infernale, ou de WandaVision et Kevin Can F**k Himself, qui mettent en scène de façon méta les clichés de la sitcom américaine, les séries n’ont pas fini de prendre des risques.

Serez-vous capables, comme elles, d’affronter votre destinée en 2022 ?

Kevin can f*** himself
Marion Miclet (@Marion_en_VO) est une journaliste franco-irlandaise basée à Londres.
Elle est critique séries pour Le Point Pop et l’autrice de Découvrir New York en Séries et Découvrir Londres en Séries.

Fuir son quotidien avec les séries
Cinq séries pour en finir avec la routine !
Découvrir