Rencontre Exceptionnelle avec Nathalie Baye

Rencontres exceptionnelles

Nathalie Baye, dans un entretien illustré d’extraits et modéré par Jean-Pierre Lavoignat, reviendra sur sa grande carrière d’actrice et sur sa rencontre avec les plus grands cinéastes français et internationaux, de Truffaut à Pialat, de Spielberg à Dolan. Cette rencontre sera également l’occasion d’évoquer sa participation à diverses séries telles que L’enfant des lumières de Daniel Vigne, Les hommes de l’ombre de Frédéric Tellier, Nox de Mabrouk El Mechri ou encore l’interprétation de son propre rôle dans l’épisode « Nathalie et Laura » de la série Dix pour cent, réalisé par Cédric Klapisch.

Biographie de Nathalie Baye

Fille de peintres bohèmes, Nathalie Baye, enfant dyslexique, abandonne ses études à 14 ans pour intégrer une école de danse à Monaco. A 17 ans, elle part à New York compléter sa formation dans les ballets russes. Mais à son retour, elle s’oriente vers le théâtre, et entre au Cours Simon puis au Conservatoire. En 1972, elle fait une rencontre décisive, celle de François Truffaut, qui lui offre le rôle de la scripte dans La Nuit américaine. Preuve de la confiance que lui accorde le maître de la Nouvelle Vague, elle prête sa voix à l’énigmatique standardiste de L’Homme qui aimait les femmes et, surtout, donne la réplique au cinéaste dans un de ses films les plus personnels, La Chambre verte (1978).
Nathalie Baye travaille très tôt avec deux autres grands réalisateurs : Maurice Pialat (La Gueule ouverte, 1974) et Jean-Luc Godard. Celui-ci la dirige dans Sauve qui peut la vie, qui lui vaut le César du Meilleur second rôle en 1981, récompense qu’elle décrochera l’année suivante pour Une étrange affaire. Aux suffrages des cinéphiles viennent s’ajouter ceux du grand public, qui s’identifie à cette comédienne discrète au sourire charmeur, jouant les profs chez Bertrand Tavernier (Une semaine de vacances, 1980) et chez Claude Goretta (Les provinciales, 1981). A l’affiche de deux succès de 1982, Le Retour de Martin Guerre de Daniel Vigne et La Balance de Bob Swain, où elle décroche en 1983 le César de la Meilleure Actrice pour sa composition dans un rôle de  prostituée. Après un prix d’interprétation à Venise pour Une liaison pornographique de Frédéric Fonteyne (1999), elle entame une carrière internationale en jouant la mère de Leonardo DiCaprio dans Arrête-moi si tu peux de Steven Spielberg.

Elle est ensuite sollicitée par les cinéastes de la jeune génération et incarne des femmes vulnérables pour Noémie Lvovsky (Les Sentiments), Thierry Klifa (Une vie à t’attendre) ou encore Xavier Beauvois (Le Petit lieutenant, 2005). En 2012 elle tourne avec Xavier Dolan dans Laurence Anyways.

L’actrice continue ensuite de jongler avec les genres avec brio ; on la voit notamment dans le thriller L’Affaire SK1 de Frédéric Tellier, revenant sur la traque du tueur en série Guy Georges et dans le thriller La Volante de Christophe Ali et Nicolas Bonilauri en 2015 en alternant avec des comédies ainsi que dans les drames Préjudice d’Antoine Cuypers et Moka de Frédéric Mermoud aux côtés d’Emmanuelle Devos.

En 2016, elle retrouve l’étoile montante Xavier Dolan dans Juste la fin du monde. En 2017, elle retrouve Xavier Beauvois dans Les Gardiennes où elle joue aux côtés de sa fille Laura Smet.

Depuis 2015, elle se tourne aussi vers les séries télévisées, en 2018 elle joue dans la série Canal+ Nox réalisée par Mabrouk El Mechri et rejoint en 2019 le casting de la série Criminal réalisée par Frederic Mermoud et diffusée sur Netflix.

Sa grande carrière se complète en 2021 par trois films : Haute Couture de Sylvie Ohayon, le remarqué Garçon Chiffon de Nicolas Maury et La nuit du verre d’eau de Carlos Chahine. En 2022, elle sera à l’affiche du très attendu Downton Abbey – A New Era de Simon Curtis.

Vivez l’expérience en live : https://www.facebook.com/events/3285076118435562

dimanche
20 mars

UGC Ciné-Cité
14:30 - 16:00
Ils seront
présents

Nathalie BAYE

En savoir plus